août 22, 2020 - article invité, spiritualité    8 Comments

Matrices: le dézoom

bank-real-estate-custom-3691563_1280

 

 

Suite au podcast de mon amie Isabelle Padovani sur les 3 matrices (pour l’écouter, c’est par là), et à la dernière vidéo d’Alice de la chaîne Pourquoi pas? (pour la voir, c’est par là), j’ai envie de vous partager:

  • ce que ces deux magnifiques enseignements ont éclairé chez moi, et comment ils se complètent merveilleusement
  •  les astuces pour demeurer dans la conscience de ces « contenants » que sont les matrices
  • des idées pour ne pas se laisser piéger dans ces matrices

 

Commençons donc par une mise à plat de ces notions

Ce qu’Isabelle appelle la première matrice est identifié par Alice comme le jeu du monopoly. Il s’agit du mode de fonctionnement sociétal qui a été mis en place depuis des centaines d’années, et qui arrive aujourd’hui à ses limites. Ce système, à l’image du monopoly, repose entre autres sur les notions de matérialisme, de compétition, de division, et de refus de toute forme de spiritualité. Ce système nous amène à un contrôle exacerbé du vivant et par conséquent à une déconnexion de la nature et de notre nature. Depuis l’arrivée du virus, ce contrôle n’a eu de cesse de se durcir, et s’affirme aujourd’hui jusqu’à l’absurde.

La deuxième matrice est identifiée par Isabelle comme notre système intérieur, construit à partir de croyances diverses et variées qui au fil du temps ont tissé des repères et des schémas de fonctionnement. Ces schémas constituent des repères, et donc un contenant rassurant, en même temps que des limites qui nous entravent dans notre besoin d’évolution.

Ce qui nous maintient enfermés dans ces deux matrices, comme le souligne Alice, c’est la peur. Ceux qui ont intérêt à ce que nous jouions au monopoly sans avoir conscience qu’il s’agit d’un jeu tirent perpétuellement cette ficelle de la peur (peur du virus, peur de l’autre, peur de mourir, peur de manquer d’argent, etc…). Et pour ce qui est de notre matrice intérieure (ce que Stéphane Colle appelle « le personnage », voir par exemple cette vidéo), c’est à nouveau la peur qui nous maintient bien à l’abri dans un treillis de croyances (peur du regard des autres, peur de manquer d’amour, peur de l’inconnu, etc…).

Enfin, la troisième matrice, qu’Isabelle appelle ‘la matrice spirituelle », ou « la matrice originelle », est exempte de croyances et de concepts. Je peux relier cette troisième matrice à ce qu’Alice identifie comme l’univers, qui relie le tout, avec lequel nous ne sommes qu’UN, et qui est régi selon des lois quantiques, telles que la loi de l’attraction par exemple.

Ce qui nous permet de nous relier à cette troisième matrice, c’est l’amour (+acceptation et accueil de ce qui est, gratitude, confiance, conscience)

Comment (et pourquoi) demeurer dans la conscience de ces contenants?

Prenons l’allégorie de la caverne de Platon (si besoin d’un rappel, c’est par là): si les hommes, enfermés dans la caverne, voient passer des ombres menaçantes sur les parois, sans savoir qu’il s’agit seulement d’ombres, ils sont terrorisés. S’ils prennent de la distance par rapport à ce qui leur est proposé, se relient à leur curiosité, regardent autour d’eux, identifient la lueur qui permet de projeter des ombres sur la paroi qui leur fait face, bref, s’ils remontent à la source de ce qu’ils voient, ils comprennent non seulement qu’il n’y a pas lieu de se sentir en danger de mort, mais en plus qu’ils sont enfermés dans un système qui les maintenait jusqu’alors dans l’illusion. Ainsi, ils ne sont plus le jouet d’un manipulateur, ils deviennent des êtres conscients de leur condition, et récupèrent du même coup la possibilité d’affirmer leur propre volonté, et donc de se libérer de leur geôle.

Cette image peut être aidante pour prendre conscience de la matrice « Monopoly » aussi bien que de la matrice « Personnage ». En effet, lorsque les médias martèlent « situation inquiétante en France, augmentation du nombre de cas! » j’ai le choix entre: -rester tétanisée par les mots « inquiétante » et « augmentation », et me barricader derrière mon masque, et -aller chercher les informations par moi-même (là je me rendrai compte qu’il n’y a pas d’augmentation du nombre de malades, que les hôpitaux ne sont absolument pas débordés, et donc je prendrai conscience qu’un projectionniste est à l’œuvre). De même, si je me trouve en proie à une jalousie irrépressible, j’ai le choix entre me laisser ronger par cette émotion, et prendre le temps d’aller identifier les images que je projette à l’intérieur de moi, depuis quelle part de moi, et donc apporter de la clarté à l’intérieur de moi. Dans les deux cas, je remonte à la source de l’information qui m’est envoyée.

S’appuyer sur des images, telles que celle de la caverne, ou du projectionniste (qu’il s’agisse d’un projectionniste intérieur ou extérieur à moi) peut nous aider à garder à l’esprit que toute information (ou émotion) est potentiellement une ombre projetée  (d’autant plus avec les moyens techniques dont nous disposons aujourd’hui). Gardons aussi à l’esprit que derrière un projectionniste, il peut y avoir un autre projectionniste, en train de projeter l’image d’un projectionniste… etc.  On peut même aller jusqu’à  envisager que cette matrice matérialiste est elle-même contenue dans une matrice plus large, constituée de notre perception duelle ou linéaire du monde, comme cela est suggéré dans « Et l’univers disparaîtra » de Gary Renard: « La grande projection du temps et de l’espace est comme un film cinématographique. Un film très intense… »

Vous me direz mais alors si tout est illusion, on ne s’en sort jamais….?

Pas si sûr.

Comment ne pas se laisser piéger dans la matrice matérialiste ou dans la matrice du personnage?

Lorsque j’imagine que les seules règles qui régissent ma vie sont celles du Monopoly sociétal, lorsque j’ai peur, par exemple, de perdre mes avantages sociaux si je refuse de me faire vacciner, j’oublie que je ne suis pas un pion. J’oublie que tout cela est un jeu. Je suis en train de me laisser piéger dans la matrice. Pour éviter cela, garder à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu, et que je dispose du libre arbitre pour y jouer ou non, est essentiel.

Vous me direz: non, je n’ai pas le choix, si je veux gagner ma vie, si je ne veux pas perdre mon travail, j’ai des enfants à nourrir… je suis obligée de faire ce travail alimentaire, et d’accepter les règles, ce n’est pas moi qui décide…

Prenez conscience que c’est le personnage en vous qui dit cela. Celui qui a intégré certaines croyances, comme: dans la vie, on fait pas ce qu’on veut, on fait ce qu’on doit. En tant que mère, tu te dois de faire ci et ça. On n’a pas le choix. C’est comme ça. Etc. (Ce n’est pas un souci d’être piégé dans cette matrice du personnage, on fait tous des allers-retours entre le personnage et l’être profond).

Quand on se voit en train de se coincer soi-même avec ce genre de croyances, on peut déjà mettre de la distance en disant: « j’ai la croyance que je ne peux pas… » « Je me raconte que ce n’est pas possible ». Cela permet déjà de dézoomer un peu. Puis on peut identifier qu’à l’intérieur de soi, il y a d’autres voix que celle de la croyance, et on peut continuer de prendre de la distance: « une part de moi se raconte que… », et petit à petit, on peut observer ses croyances depuis une zone de soi plus apaisée, qui éventuellement peut prendre le temps d’écouter les intentions du projectionniste qui est derrière cette croyance. (Pour transformer les croyances, vous pouvez lire cet article)

On voit que la matrice matérialiste s’appuie sur l’ensemble de nos matrices individuelles, et que donc, nous l’entretenons tous.

Cela veut dire que chaque pas que je fais pour m’extraire de la matrice du « personnage » m’aide aussi à sortir de la matrice matérialiste.

Voici plusieurs stratégies pour évoluer dans les différentes matrices, sans s’y laisser piéger. Selon où je me situe dans mon cheminement vers plus de conscience, ces astuces auront plus ou moins de sens pour moi. Et cela peut changer d’un jour à l’autre, d’une minute à l’autre (ce n’est pas parce que j’ai conscience des matrices, et que j’ai déjà fait l’expérience de m’en extraire, que je suis à l’abri de l’engourdissement. Isabelle explique parfaitement que c’est un cheminement quotidien sans cesse renouvelé).

-Remettre en cause systématiquement toute information (quelle est sa source? quelles autres informations puis-je trouver sur le sujet? est-ce que cette information me conforte dans ma zone de confort, m’aide à avoir raison? si oui, est-ce que je peux trouver des sources qui la contredisent et accueillir d’autre hypothèses?)

-Prendre conscience de toutes les fois où j’ai donné mon consentement pour quelque chose qui n’était pas aligné avec mes valeurs

-Décider de toujours lire jusqu’au bout les contrats qu’on me fait signer, et signer en toute conscience (je garde à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu, et la question est: est-ce que j’ai envie de jouer avec ces règles? est-ce que ça a du sens pour moi? est-ce que ça contribue à ma vision du jeu?)

-Si j’ai vu le projectionniste à l’œuvre, et que je vois la nature illusoire de ce qui est projeté, je prends conscience que je ne suis pas obligée de rester dans la salle de cinéma. (Pour ma part, après avoir été tétanisée par la peur devant l’écran projetant le danger de la maladie,  j’ai été ensuite abasourdie par le décalage entre le discours des médias et les données chiffrées. Comme j’étais abasourdie et incrédule de voir qu’il y avait un projectionniste derrière tout cela, je suis restée longtemps paralysée dans cette matrice, les yeux rivés non plus sur l’écran, mais sur l’origine des informations. Ce faisant, je donnais de l’énergie au projectionniste, et donc à la matrice, dans laquelle je restais coincée même si j’avais conscience de ce qui s’y jouait. Ce qui m’a aidée, et m’aide encore à m’extraire de cette paralysie, ce sont des questions toutes simples qu’Isabelle soulève dans un autre podcast, intitulé « vibrer la lumière de son être », et qui renvoient à ce que je peux faire pour éviter de nourrir ce que je n’ai pas envie de voir grandir)

-Si je me surprends à vouloir avoir raison à tout prix, remonter à la source de cette crispation: quelle part de moi est à l’œuvre? qu’est-ce qui est si important pour elle? comment puis-je l’accueillir et la reconnaître?

-Me relier le plus souvent possible à la matrice originelle (méditation, gratitude, observation de ce qui est) et à ses lois. (Un audio de Stéphane Colle très aidant sur le sujet: la conscience de l’abondance)

Cette dernière astuce est la plus importante. Car dans la matrice originelle, il n’y a pas de place pour l’illusion. Quand je suis reliée à ce que je suis dans l’ici et maintenant, à l’écoute de mes sensations, de la vie qui passe à travers moi, il n’y a plus de place pour aucun projectionniste. Plus souvent je ferai ce chemin intérieur vers moi et vers la vie, plus je serai en capacité de m’extraire facilement des différentes salles de cinéma dans lesquelles j’entrerai, et plus je serai consciente que j’ai le choix: d’entrer voir ce film, ou non, de me laisser croire que ce film est la vraie vie, ou non, de rester dans la salle de cinéma, ou non, de jouer à ce jeu, ou non, de me laisser croire que ce jeu est la vie, ou non… l’idée étant de voir des tas de films, de jouer à des tas de jeux, car nous sommes là pour cela: expérimenter.

J’espère que cet article vous aura inspiré. En tout cas s’il suscite chez vous des réactions, n’hésitez pas à les partager en commentaire.

Bien à vous,

Fanny

 

 

 

 

8 Comments

  • Merci Fanny pour ce texte à tiroirs
    Ces liens porteurs et nourrissants
    Merci pour cette écriture fluide
    Pour votre fraîcheur
    Pour la lumière véhiculée
    Merci Fanny

    • Merci Pascale pour votre retour qui me soutient et m’encourage!
      belle soirée

  • Merci beaucoup Fanny pour ce texte !!!
    Aujourd’hui j’ai refusé de signer une autorisation de payer 5 euros pour l’archivage numérique de mes radios et ou échographies. Il y a peu j’aurais coché la case « oui » et payé 5 euros. Parce que je n’aurais pas osé demander en quoi ça consistait, eu peur de sortir du rang, de faire des vagues. J’aurais suivi le chemin qu’on me balisait, tout en sentant que quelque chose ne me plaisait pas trop dans l’histoire.
    Aujourd’hui je me suis rendue compte que j’avais pleinement le droit de cocher la case « non » et me sentir en accord avec moi, je m’y suis autorisée. Ça m’a fait du bien et m’a permis de m’arrêter un instant dessus.
    Ça semble anodin mais ce choix est un pas de plus vers la sortie de la caverne. :-)
    Très belle soirée à vous !!!

    • Merci pour votre partage!
      J’ai aimé lire cette célébration du chemin parcouru vers votre souveraineté. Je vous souhaite bonne continuation sur cette route.
      Belle soirée à vous aussi!

  • Merci Fanny pour ce texte très clair et très riche !

    • Je suis ravie s’il a pu vous apporter! belle journée à vous Fabienne

  • Merci Fanny ! C’est si clair, si parlant, si aidant !….

    • Merci Cécile pour votre retour, contente que ça vous parle

Leave a comment to La Fannette