Archive from juin, 2020

Trois routines pour apprendre à mieux se connaître et gérer son anxiété

meditating-1894762_1280

 

Aujourd’hui je vous propose un article écrit par Océane, du blog Bonjour l’angoisse

Lorsqu’on est sujet au stress et qu’on a tendance à se sentir anxieux, il est important de faire un travail sur soi pour se sentir plus apaisé. En effet, l’anxiété peut vite gâcher de beaux moments de vie et vous amener à focaliser sur le négatif.

L’astuce pour se sentir mieux est donc, tout bêtement, d’apprendre à se connaître. Cette démarche est réalisée par très peu de personnes mais elle est en réalité essentielle pour trouver son propre équilibre de vie.

On dit souvent qu’on est la meilleure personne pour savoir ce que l’on veut mais en réalité on se connaît très peu. Pour creuser un peu et découvrir ses propres mécaniques et ses réflexes, il faut prendre un peu de temps et se consacrer du temps: du temps à soi et avec soi.

Ce travail d’apprentissage et de découverte de sa personne peut se réaliser en établissant des routines. Si ce cheminement vous intéresse, je livre sur mon blog Bonjour l’Angoisse d’autres astuces et conseils pour se défaire de ses angoisses. En attendant, je vous propose ici de découvrir 3 routines qui vous permettront de mieux vous connaître et, par conséquent, de mieux gérer les périodes d’anxiété.

 

Questionner ses envies

Chaque jour, vous allez vivre de nouvelles expériences, expérimenter, découvrir et ce sont toutes ces découvertes qui vont vous aider à mieux vous connaître.

Cet apprentissage est quelque chose qui s’effectue tout au long de la vie, au quotidien. C’est un véritable travail à réaliser, pas simplement un moment unique que l’on prend pour se poser des questions et réfléchir à ses actes et ses pensées.

Au cours d’une vie, vous allez changer mille et une fois ! Vous ne serez peut-être plus la même personne qu’il y a 20 ans et, dans les jours et années à venir, vous en apprendrez un peu plus chaque jour sur vous. Apprendre à se connaître est donc un processus, un cheminement à expérimenter en continu.

Chaque matin au lever vous pouvez vous poser la question suivante : qu’est-ce que j’aimerais faire pour me sentir bien aujourd’hui ? Ne cherchez pas une réponse compliquée, suivez votre instinct et laissez-vous guider. Voici quelques exemples : prendre l’air, aller se promener après manger, faire son plat préféré, voir un ami…. Au fur et à mesure des jours, vous verrez que vos réponses seront de plus en plus claires.

Cette réponse va guider votre journée et vous aiguiller dans vos choix, un peu comme un mantra. L’objectif est de nourrir vos envies et, si possible, de les réaliser. C’est une réflexion à réaliser seul : on parle bien ici de penser à quelque chose qui vous fera d’abord du bien à vous, pas à votre entourage.

 

S’interroger sur ses points forts et points faibles

Cet exercice est sans doute l’un des plus difficiles à réaliser car il demande de prendre un certain recul. Pendant une semaine, un mois je vous invite à noter dans un carnet tout ce qui vous passe par la tête : le résumé des évènements marquants d’une journée, vos pensées, les moments stressants ou de joie…

L’idée est de mettre sur le papier ce qui constitue votre quotidien, ce que vous en retenez pour ensuite travailler sur vos perceptions et réactions. Au cours d’une journée, nous vivons chaque moment d’une façon particulière. Par exemple : une personne trouvera le réveil difficile quand une autre aura plus de mal à trouver le sommeil en fin de journée, une autre personne aura des facilités à préparer les menus de la semaine quand une autre trouvera cette démarche compliquée.

Nous sommes tous différents et nous avons tous des points forts et des points faibles. Souvent, nos points forts sont basés sur les choses que l’on aime. On a en effet plus de facilité à réaliser quelque chose qui nous plaît, qui nous fait plaisir mais cela ne veut pas dire que vous ne rencontrez pas de difficultés.

Ainsi, après avoir annoté votre carnet pendant une période assez longue, vous allez prendre du recul sur votre quotidien et lister quels sont, selon vous, vos points faibles et points forts. Ensuite, pour que l’exercice vous aide le plus possible à apprendre à vous connaître, vous allez questionner une personne proche qui partage votre quotidien et lui demander de lister vos forces et faiblesses.

Une fois la réponse obtenue, comparez avec votre propre réponse et laissez mûrir la réflexion.

 

Méditer pour se recentrer

La méditation va vous aider à prendre une pause quotidienne pour vous recentrer sur vous et vos besoins. Elle va vous aider à vous relaxer, à accueillir et accepter les pensées du quotidien mais aussi vous laisser un espace pour apprendre à vous connaître.

Méditer permet de faire connaissance avec soi : son corps, ses pensées, ses réflexes. Il suffit de prendre cinq minutes chaque jour, de s’isoler pour prendre un moment pour soi. Vous allez vous laisser guider par votre souffle et, dès lors qu’une pensée vient interrompre votre cheminement, vous allez en prendre conscience, la laisser vous traverser sans lutter et ensuite vous recentrer sur votre respiration.

Ne forcez pas et laissez votre respiration naturelle vous guider. Prendre conscience de votre enveloppe, de votre souffle, de votre corps va vous aider à faire connaissance. Faites un scan des parties de votre corps de la tête au pied pour accueillir les sensations dans tout votre corps.

Au fil des séances, vous ajusterez vos positions et le temps de méditation : vous remarquerez peut-être que vous êtes plus à l’aise dans une position, dans une pièce ou sur un type de sol. La seule chose à retenir est de s’écouter, d’écouter votre corps et de prendre conscience de votre ancrage dans le sol ou sur le support sur lequel vous vous trouvez.

Une fois votre séance de méditation effectuée, prenez le temps de vous étirer, de revenir à votre quotidien tout en gardant l’énergie de cette séance. En cas de période stressante, la méditation et la respiration en pleine conscience vous aideront à faire redescendre la pression et à comprendre quels sont les gestes et respirations qui vous font du bien.

J’espère que ces trois routines, proposées par Océane, vous aideront à apprivoiser votre magnifique monde intérieur et à l’apprivoiser. Si vous connaissez d’autres routines à mettre en place pour mieux se connaître et gérer l’anxiété, n’hésitez pas à les partager en commentaire.

juin 7, 2020 - spiritualité    No Comments

Restons branchés!

spring-276014_640

 

Voici une idée qui m’est venue ce matin. Elle est donc à prendre comme telle: une idée qui m’est venue, et non une vérité (aucun ange ne m’est apparu, et je ne me suis pas trouvée en état de transe profonde ou de conscience modifiée au moment où j’ai reçu cette idée). Ceci étant dit, pour éviter les précautions stylistiques dédiées aux hypothèses, alourdies de conditionnel et saupoudrées de « si ça se trouve » et de « peut-être », je vous présente cette idée toute nue comme elle m’est apparue: une évidence indiscutable.

De même qu’un bébé dans le ventre de sa mère est relié à elle par un cordon ombilical, l’être humain (comme tout être vivant) dans sa matrice de matière est relié à sa mère la Source par un cordon d’énergie, qui permet la circulation des nutriments indispensables à son évolution dans un sens, et le recyclage des énergies lourdes dans l’autre sens. Ainsi l’humain reçoit-il de la Source amour pur, protection, soutien, guidance et évidences indiscutables, tandis qu’il a la possibilité de lui envoyer ses émotions et idées noires, qui seront purifiées et transformées, ainsi que son amour et sa gratitude, qui seront amplifiés et sublimés.

Comme ce lien vibre dans le monde subtil, l’humain n’a de cesse de remettre en cause son existence. Chaque humain possède pourtant ce lien, qu’il en soit conscient ou non. Par contre, il peut être mis à mal et être utilisé de manière biaisée, si l’on se coupe de la Source.

Le pire danger pour ce lien, c’est la manipulation sous toutes ses formes:

-Lorsqu’un humain donne son pouvoir à un autre humain dont le mode de fonctionnement est la manipulation, il permet à cette personne d’accéder à son énergie via ce lien. S’en remettre corps et âme à une personne, lui donner le pouvoir de nous rendre heureux ou malheureux, c’est dévier vers cette personne le lien qui nous unit à la Source. Même si ce dernier reste arrimé à la Source, le manipulateur se sert au passage, et détient par le biais du lien que nous lui offrons une emprise sur nous.

Pour éviter cela, il est important de garder une bonne hygiène relationnelle avec soi et avec les autres. La Communication NonViolente peut se révéler très aidante, ainsi que de nombreux autres outils dont nous disposons comme la justice restaurative, l’EFT, la méditation…

-Il en est de même lorsque nous laissons un gouvernement nous faire croire que nous ne sommes rien sans sa protection, et que nous troquons notre fidélité à nos valeurs contre ce protectorat. Certains vont même jusqu’à affirmer que le gouvernement nous détourne sciemment de la Source pour récupérer notre énergie à des fins inavouables. Il n’est pas de mon ressort de vérifier cela.  En tout cas, quelle que soit l’intention des personnes qui tentent de nous gouverner, il ne tient qu’à nous de choisir de céder à leur chantage ou non. Ceci dit, si nous sommes amenés à désobéir pour rester fidèles à nos valeurs, cela nous sera beaucoup plus facile si nous nous relions à la Source, de même qu’il est plus facile d’affirmer un NON quand nous sommes conscients du OUI qui le sous tend.

-La manipulation concerne également toutes les interventions de l’humain sur la nature à des fins de profit. OGM, produits de synthèse, pesticides, additifs alimentaires… tout cela détruit la nature et notre nature, et entrave notre reliance collective à la Source, en nous rendant dépendants d’un système aussi artificiel qu’éphémère. Pour restaurer notre lien à la nature et à la Source, il est nécessaire que nous revoyions notre fonctionnement sociétal et que nous nous dirigions vers un modèle coopératif et solidaire, où l’intelligence collective permet l’émergence spontanée d’idées constructives, au service de tous.

 

En bref: servons-nous de ce lien à la Source que nous possédons tous, et pour le préserver préférons l’interdépendance à la dépendance, la coopération à la compétition, le soin à l’exploitation, l’amour à la peur…

Si cet article vous fait réagir d’une manière ou d’une autre, n’hésitez pas à partager vos réflexions dans un commentaire.

Au plaisir de vous lire,

Fanny